Aller au contenu principal Aller au sitemap
  • Deux doctorants du Sénégal en mobilité à l'Inspé de Saint Jérôme

    Dans le cadre du projet de coopération entre l’Inspé et l’ENSETP de l’UCAD (Dakar), financé par le programme Erasmus+ de mobilités internationales de crédit (MIC Sénégal 2019/2020), deux doctorants sont en mobilité à l'Inspé depuis janvier 2020.

    Mandir DIAKHATE

    Mandir DIAKHATE, enseignant chercheur à l’école normale d’enseignement technique et professionnel (ENSETP) de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD). Inscrit en Doctorat en Education et Formation le 23 janvier 2020 à la faculté des sciences et technologies en  éducation et formation (FASTEF).

    Le champ de mon travail de thèse s’articule autour de l’ « Analyse du développement et de dynamique des compétences chez les formateurs intervenant dans la formation à distance du programme ingénierie et conseil en formation (ICOF) à l’ENSETP de Dakar ».

    Depuis quatre mois mes recherches se sont focalisées sur la revue de littérature afin de mieux présenter la problématique et le cadre théorique. Nous avions repéré et recensé plusieurs titres, auteurs, ouvrages et articles afin de se mettre à la tâche parallèlement à nos cours à l’institut quand subitement une décision de la fermeture de l’université est tombée des responsables administratifs venant des autorités politiques. La maladie du nom de strass cov 2 qui a démarré en Chine dans la région de Huan selon certaines sources, tuant plusieurs personnes, s’est très vite répandue en Europe et dans le reste du monde. Par mesure de prudence, les autorités françaises ont décidé de suspendre beaucoup d’autres activités et installé le confinement pour mieux contenir la situation.

    Cette décision prise par la France le dimanche 14 mars 2020 était notée presque partout dans le monde. L’Afrique a emboité le pas juste après l’Europe bien que les contaminations observées n’étaient pas aussi dramatiques comparé à ce qu’on pouvait observer en Europe et aux Etats Unis.

    Cette période de recherche nous a trouvé à Marseille dans cette situation de confinement suite à l’avènement de la pandémie du Covid-19 survenue d’une manière inattendue contraignant les autorités éducatives à ordonner  la fermeture de toutes les écoles et instituts d’enseignement et de formation afin d’éviter les regroupements de personnes pouvant contribuer à la propagation davantage rapide du corona virus.

    Ce changement a conduit les responsables de ces institutions à se rabattre automatiquement sur les formations et enseignements en ligne avec l’utilisation obligée des NTIC comme outils de médiation pour éviter le regroupement et le contact direct comme mesure préconisée pour atténuer ou freiner la propagation de la pandémie qui sévissait à une vitesse non attendue.

    L’adoption de cette modalité suite au changement de situation par un bon nombre d’écoles et d’instituts dans le monde renforce le choix de notre thème. Cette solution adoptée montre que le sujet est d’actualité et que l’ENSETP a su se positionner à temps en essayant d’anticiper et de s’adapter dans ces situations de changements et de contraintes.

    En 2008, l’ENSETP avait démarré la formation ICOF en présentiel. Mais des contraintes n’ont pas manqué dans cette première modalité avec comme conséquences l’abandon de certains auditeurs faute de pouvoir continuer de soutenir l’effort financier auquel ils étaient astreints et des effectifs faibles du fait de l’éloignement des lieux de travail par rapport au lieu de formation. Il a été aussi noté le manque d’assiduité de certains agents professionnels appelés à des déplacements dans le territoire dans le cadre de leur travail et des charges excessives pouvant avoir des répercussions sur leur ergonomie de travail. Le constat était qu’aussi les inscrits provenaient seulement de Dakar. Mais, avec une demande de plus en plus croissante et vue les conditions contraignantes précitées, l’équipe de projet a pris la décision d’essayer de démocratiser davantage les chances d’accès à ce Master avec l’adoption de l’enseignement à distance  de la formation à partir de 2017.

    A cet effet, nous avons pensé qu’une nouvelle modalité d’enseignement comme la formation à distance serait salutaire pour palier à certaines difficultés liées au déplacement de ces agents. A cet effet, nous avons pour ambition dans cette thèse de comprendre la dynamique des compétences développées par les formateurs à l’ENSETP qui interviennent dans le programme ICOF qui est entièrement à distance depuis 2017.

    Nous nous appuyons sur la théorie de la didactique professionnelle (Pastré), de la théorie de l’activité (Piaget, Savoyant) et de la théorie des situations (Brouseau, Percier, Wagemann et Kuzniak) pour aborder la structuration d’une compétence chez le formateur dans une modalité de formation à distance. A travers des invariants opératoires, des schèmes, des concepts sous formes d’outils et d’objets concrets ou abstraits, de même que leurs relations, nous allons identifier leurs propriétés et fonctions afin d’en déduire les savoirs théoriques comme pratiques qui en découlerons.

     

    Bounama MBENGUE

    Bounama MBENGUE est un doctorant en Éducation-Formation en mobilité à l’Inspé de Saint Jérôme entre janvier et mai 2020. Il a été instituteur puis professeur de lettres modernes. Actuellement, il est formateur au Centre Régional de Formation des Personnels de l’Éducation (CRFPE) à Dakar/Sénégal. Le CRFPE s’occupe de la formation continue des professeurs de l’enseignement moyen-secondaire et celle initiale des instituteurs.             


    Bounama MBENGUE s’intéresse à la didactique de la lecture et de l’écriture, aux pratiques enseignantes et à l’approche par les compétences dans l’enseignement du français. Depuis deux ans, il mène une recherche sur les pratiques enseignantes in situ pour analyser les gestes professionnels de l’enseignant susceptibles de rendre l’élève compétent en lecture et en production d’écrits au cycle secondaire. En s’appuyant sur la théorie de l’action conjointe en didactique (Sensevy, Mercier), son ambition est de décrire l’activité d’enseignants en interaction avec leurs élèves. Son cadre théorique est enrichi par des éléments tirés de la théorie des situations (Brousseau), du modèle des gestes didactiques (Boucheton et Duzetter), et de celui du GRAFE (Bronckart et Dolz, Scheneuwly). Du point de vue méthodologique, il s’inscrit dans une perspective ethnographique qui s’appuie sur des données issues des observations et entretiens avec les enseignants efficaces de l’échantillon dont les pratiques sont filmées puis décrites à l’aide de  grilles d’observation  et analysées avec le logiciel Transana. De plus,  dans cette recherche des données quantitatives issues à la fois des tests administrés aux élèves (pré-test et post-test) et du questionnaire qui leur est administré sont analysées du point de vue de la statistique descriptive afin de mesurer l’effet des facteurs socioculturels sur leur niveau  de compétence.

  • Visite d’une délégation de hauts fonctionnaires du ministère de l’éducation du Sénégal

    A la demande de l’Ambassade France au Sénégal, France Education international a organisé une visite d’étude en France pour une délégation de hauts fonctionnaires du ministère de l’éducation du Sénégal.

    Cette visite d’étude est la seconde rencontre s’inscrivant dans le l’accord-cadre de coopération franco-sénégalaise, signé en février 2018. L’objectif était d’approfondir les questions de formation, de ressources et de gouvernance en Académie, avec une forte composante numérique. La partie sénégalaise ainsi que le poste diplomatique ont exprimé le souhait que cette visite en Académie s’effectue à Aix-Marseille. La délégation a été accueillie par la Directrice de l’Inspé Madame Pascale Brandt-Pomares, le Directeur du laboratoire ADEF Monsieur Jacques Ginestié, et la responsable du pôle recherche et coopérations internationales en éducation Madame Mathilde Favier. Les échanges ont porté sur le numérique éducatif dans la formation des enseignants et dans la recherche. Trois projets portés par l’Inspé ont également été présentés (BL_TEAE, ARTEfact, DiTEME).

  • Une délégation de l’Inspé d’Aix-Marseille à Tübingen School of Education

    Une délégation de l’Inspé d’Aix-Marseille s’est rendue à la Tübingen School of Education (TüSE) de l’Université Eberhard Karl de Tübingen du 6 au 8 octobre 2019, dans le cadre de la mise en place de la nouvelle alliance universitaire européenne « CIVIS – une université civique européenne ». Différentes pistes de collaboration ont été explorées dont la mobilité étudiante, la mobilité de chercheurs et le développement de programme de recherche communs. Des échanges d’étudiants sont d’ores et déjà prévus pour participer aux écoles d’été organisées dans chacune des institutions.

  • L’Inspé d’Aix-Marseille participe au projet Erasmus + To-INN à Lisbonne

    La clôture du projet s’est déroulée du 23 au 25 septembre dans la ville de Lisbonne.

    Le matin du 23 était proposé un séminaire international sur la politique et la gouvernance dans les établissements de formation des enseignants de l’enseignement supérieur.

    Le 23, après-midi et le 24 un congrès international sur le professionnalisme des enseignants : les défis de la formation des enseignants.

    Le 25 la cérémonie de clôture du projet avec les questions traditionnelles sur la diffusion et l’impact du projet, l’évaluation et les propositions pour l'avenir.

  • Cérémonie de clôture du projet Erasmus + BL_TEAE en Malaisie

    Le projet BL-TEAE s’est terminé par une conférence internationale : 1st International Conference on Education in Digital Ecosystem (ICEdDE), du 19 au 22 août 2019. Cette conférence a regroupé des intervenants et 300 participants internationaux, notamment des pays partenaires, Européens et Asiatiques (Danemark, Belgique, Estonie, France, Bhoutan, Malaisie, Bangladesh, Pakistan). Ces interventions ont donné lieu à de nombreuses publications : Publication et articles BL_TEAE

    Pour les partenaires, la conférence s’est suivie d’un workshop de deux jours, puis d’une cérémonie de clôture. Coordinateur de ce projet de trois ans, l’Inspé s’est déplacé pour participer à cet événement et pour visiter les deux Universités partenaires en Malaisie.